Twitter : @Rcoutouly

Il faut demander plus à l'impôt

et moins aux contribuables

 

Alphonse Allais

 

Outil fiscal

Les contributions incitatives sont des micro-taxes payées sur les activités polluantes. L'argent récolté permet aux plus démunies d'investir dans les transitions écologiques et énergétiques. 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Mardi 24 avril 2012 2 24 /04 /Avr /2012 07:04

 

lithum.jpg

 

Annoncée par l'industrie automobile, souhaitée par de nombreux écologistes, espoir des pourfendeurs du changement climatique, la voiture électrique représente-elle le véhicule de l'avenir? Tout porte à croire qu'il faut répondre à cette question par la négative.

 

Pendant les trois premiers mois de l'année 2012, 1200 voitures électriques ont été immatriculé en France. L'ensemble de l'année 2011 représente 900 voitures achetées. Ce progrès est décevant par rapport aux espoirs de la filière qui espérait un démarrage fulgurant: 197 000 véhicules -à moteur à explosion- ont été immatriculé au premier trimestre de l'année 2012.

Les optimistes expliqueront cette lenteur au démarrage par les réticences des Français à investir dans une nouvelle motorisation. Mais la réalité est moins idylique. Les études de marché montrent, partout dans le monde,  la forte réticence des consommateurs à investir dans des automobiles chères et à faible rendement. Il y a une corrélation évidente entre le niveau de subvention et les parts de marché de la voiture électrique.

Or, un marché subventionné est condamné dans un monde où les Etats sont fortement endettés.

De plus, les nuages s'accumulent et l'avenir ne s'annonce pas rose. Comment, en effet, croire à l'avenir d'une technologie qui dépend complétement des progrès dans les procédés des batteries? Comment y croire, alors que les réserves de minerais nécessaires à l'industrie de la batterie, sont très limitées?

Le lithum "technologie d'avenir" est en voie d'extinction dans la décennie qui vient. Les réserves de plomb seront épuisées dans vingt ans. Le modèle de la voiture électrique a du plomb dans l'aile, si on veut bien nous autoriser ce vilain jeu de mot, car jamais nous ne pourrons disposer des ressources nécessaires pour assurer son développement.

Alors que les stocks disponibles de pétrole s'amenuisent, vers quel espoir alors se tourner?

La préservation de nos mobilités passe par un changement radical de nos modes de vie et de comportement.

Il nous faut sortir du modèle de la voiture individuelle pour tous, dont le véhicule électrique était le nouvel avatar. Il nous faut inventer une autre manière de nous déplacer.

Au coeur de ces nouvelles écomobilités: le téléphone portable équipé de GPS qui va permettre de gérer nos déplacements.

Ceux-ci seront assurés par des véhicules différents que l'on va repérer et réserver par téléphone. Deux grands types de véhicules seront disponibles :

-les petites voitures en partage, et en libre-service.

-les taxis et bus collectifs fonctionnant à la demande.

Pour alimenter ces modes de transport, l'énergie de l'avenir ne sera ni l'essence, ni l'électricité. Il s'agira de véhicules hybrides fonctionnant au gaz naturel (méthane). Celui-ci sera produit à partir des surplus de l'électricité intermittente des énergies renouvelables.

Ce système révolutionnaire de transport va se mettre en place progressivement dans les décennies à venir. Il s'agit de la seule solution aux nouvelles contraintes de la crise globale, économique et écologique, dans lequel nous sommes entrés. Mais cette solution est en réalité une véritable chance pour les pays qui vont saisir cette opportunité pour relancer leur économie.   

Communauté : Sauvegarder notre planète
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Une fois de plus je rejoint votre avis, j'ai d'ailleurs déjà affirmé aussi que je ne voyais pas la voiture électrique comme la solution d'avenir.
Les constructeurs Français manquent une fois de plus de vision et de clairvoyance, après l'erreur du diesel roi, voilà l'erreur du tout électrique, si les avancées technologiques concentrées sur le diesel avaient aussi été orientées sur le moteur à essence, nous aurions des moteurs essence qui consommeraient 5 à 6 en usage mixte, avec la possibilité de les passer directement au GPL (qui sait si le méthane ne pourrait pas aussi être utilisable avec cette même installation)avec les mêmes performances, moins de pollution et une autonomie quasi équivalente.
Le changement de mentalité nécessaire a votre vision de l'avenir, va devoir être fortement encouragé, car il ne va pas de soit, je pense que vous en êtes conscient.
Nous y seront sans doute "contraint".
Commentaire n°1 posté par Daniel JAGLINE le 24/04/2012 à 15h57
http://www.graphiteblog.com/

Une combinaison de deux matériaux ordinaires - graphite et de l'eau -
pourrait produire des systèmes de stockage d'énergie comparable
à celui Effectuer batteries lithium-ion, Mais dans une affaire de secondes de recharge et avoir une durée de vie indéfinie Presque


Graphite + eau = l'avenir du stockage d'énergie

http://phys.org/news/2011-07-graphite-future-energy-storage.html
Commentaire n°2 posté par Gilles le 25/04/2012 à 03h43
Éventuellement intéressé par votre projet d'édition.
Commentaire n°3 posté par olivier GUY le 27/04/2012 à 16h37

Vidéos

 
Un résumé de la pensée de l'auteur sur la crise écologique 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés