Twitter : @Rcoutouly

Il faut demander plus à l'impôt

et moins aux contribuables

 

Alphonse Allais

 

Outil fiscal

Les contributions incitatives sont des micro-taxes payées sur les activités polluantes. L'argent récolté permet aux plus démunies d'investir dans les transitions écologiques et énergétiques. 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Dimanche 6 mars 2011 7 06 /03 /Mars /2011 10:24

 

30-glorieuses.jpg

 

En ces temps où la victoire des socialistes en 2012 apparaît de plus en plus comme possible, il est permis de se poser la question de savoir ce qu'ils vont faire de cette victoire. Quelle politique réaliste est-il possible de réaliser pour sortir notre pays de l'impasse dans lequel il semble s'enfoncer depuis deux décennies?  Deux informations intéressantes sont venues alimentées la réflexion sur ce sujet du projet socialiste.

 

Tout d'abord signalons la parution aux Editions Rue Fromentin d'un ouvrage qui fait du bruit: "les Trente Glorieuses sont devant nous", écrit par Valérie Rabault et Karine Berger. Son éditeur résume le propos du livre : "Vous pensez que la France est en train de tomber. Qu’elle n’est plus qu’une puissance " has been " dans la compétition internationale, victime des marchés financiers et de la mondialisation.

Et si tout n’était pas joué ? Et si le scénario des " 30 Glorieuses " décortiqué par Jean Fourastié dans les années 70, se rejouait d’ici 2040 ?

C’est la thèse des auteurs de cet essai de politique économique qui va à l’encontre de la sinistrose ambiante, avec une approche et une écriture accessible et pédagogique.

Karine Berger et Valérie Rabault défendent l’idée que la France a les ressources pour relever le défi. A plusieurs conditions évidemment. En reprenant la main sur les choix d’investissements, d’éducation, de logement, d’immigration, de transports etc. En reconstruisant l’équilibre du fameux " modèle français " d’origine, déclinaison économique du liberté, égalité, fraternité. Car, après la crise financière de 2009, la France est à la croisée des chemins. Et peut changer le cours de son capitalisme. Concret, pragmatique, iconoclaste...et optimiste, le livre est l’histoire d’une réussite du pays encore possible...à condition que l’on s’en donne les moyens."

 

Les deux jeunes brillantes auteures sont membres du PS.  Elles imaginent un cercle vertueux qui utiliserait une forme de planification, un boom du photovoltaïque, des transports du futur, de la recherche sur le vieillissement ... On apprécie qu'elles croient elles aussi à l'importance de la révolution écologique pour relancer le pays.

Mais le livre interroge : pour réaliser cela, il faut s'en donner les moyens, se donner les moyens d'une relance taylorienne qui débouche sur ce fameux cercle vertueux qui nous fasse sortir de la spirale du déclin.

 

Et c'est là qu'intervient notre deuxième information intéressante : Michel Sapin a été chargé par Martine Aubry d'évaluer les marges budgétaires sur lesquelles le PS pourrait s'appuyer pour construire son projet pour la présidentielle. Sapin vient de rendre ses conclusion : de 5 milliards par an à 0 selon l'évolution de la croissance française, 0 étant plus probable que 5 d'après lui, Fabius et Hollande étant d'accord avec ce pessimisme.

 

Autrement dit, la question qui se pose au Parti Socialiste (et à tous les autres partis aussi) est la suivante : comment construire un projet attractif pour les français qui permettent de déboucher sur un cercle vertueux sans avoir aucun moyens de relance?

 

A cette question cruciale pour l'avenir du pays, on peux faire une seule réponse:  il faut chercher des réponses dans ce qui coûte trop cher à notre pays, à ce qui le plombe depuis des décennies.

Les libéraux et l'UMP ont trouvé leur réponse depuis 2002, c'est l'Etat et les "charges sociales" qui plombent le pays. On laissera chacun juge de ces conclusions et des réponses qu'ils ont alors imaginées. 

Il m'en permis d'en suggérer une autre : ce qui plombe le pays, c'est le coût du pétrole et de toutes les ressources que nous gaspillons. Après tout, le pétrole c'est 50 milliard par an perdus (pour l'instant!). Il faut donc sortir des politiques prédatrices des ressources de cette planète en place depuis les 30 Glorieuses. Ces politiques sont devenus intenables dans un monde en plein développement et qui aspire à rejoindre nos démocraties.

La solution que je propose : taxer légèrement mais systématiquement l'usage de ressources non-renouvelables et non-recyclés, utiliser l'argent de cette taxation pour investir dans une économie circulaire et propre. On trouvera ainsi l'argent qui manque pour lancer le fameux cercle vertueux attendu. C'est par une politique volontariste de contributions incitatives ciblées que l'on avancera.


 

Communauté : Sauvegarder notre planète
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Vidéos

 
Un résumé de la pensée de l'auteur sur la crise écologique 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés