Twitter : @Rcoutouly

Il faut demander plus à l'impôt

et moins aux contribuables

 

Alphonse Allais

 

Outil fiscal

Les contributions incitatives sont des micro-taxes payées sur les activités polluantes. L'argent récolté permet aux plus démunies d'investir dans les transitions écologiques et énergétiques. 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Vendredi 6 août 2010 5 06 /08 /Août /2010 18:21

 

tour.jpg

 

Le rêve écologique des maires de grandes villes est-il vraiment celui-là? Des tours gigantesques "zéro carbone" au centre des villes?

Nos centres urbains se sont étalés dans la seconde moitié du XXéme siècle. Aujourd'hui, cet étalement atteint ses limites. Les populations les plus défavorisés doivent aller se loger de plus en plus loin des centres métropolitains.

Il faut trouver des solutions dans un contexte où la pénurie de logements reste criante avec des effets néfastes de plus en plus évidents. Le rêve urbanistique présenté partout, c'est celui-là:

maison.jpg

Mais est-ce vraiment cela que nous voulons et pouvons faire ? La maison individuelle n'est pas la solution généralisable car elle suppose l'étalement urbain et ses conséquences.

En réalité, l'essentiel de l'effort urbanistique écologique doit se faire dans le tissu urbain existant. Il est parfaitement envisageable de le faire par démolition complète de certaines constructions - particulièrement quand elles sont totalement obsolètes - mais ce cas de figure restera relativement marginal.

Une autre stratégie urbanistique est envisageable, c'est l'élévation des immeubles existants.

orgues.jpg

Pour comprendre, prenons ce petit immeuble du centre de Marseille. Ses propriétaires, sauf à disposer de liquidités particulières ne peuvent guère le faire évoluer. Difficile d'en faire une habitation écologique dans ces conditions.

Sauf si on élève l'immeuble en l'état.

Etape 1: (schéma 1 sur la photo) On élève au dessus des deux étages et des deux appartements existants, un étage supplémentaire. Cet étage devient un troisième appartement. La vente (ou la location) de ce logement assurera la totalité du financement de l'opération ce qui est parfaitement envisageable étant donné les prix actuels de l'immobilier. Pour ne pas alourdir l'immeuble, ce logement est réalisé en bois, beaucoup moins lourd et ... écologique. Le toit de cet appartement est un toit végétal, constitué autour d'un isolant en terre fertile.

Etape 2: (schéma 2 sur la photo) On profite de ce toit végétal pour y créer un jardin d'agrément et/ou potager. On y installe aussi un système de chauffage solaire qui peut chauffer tout l'immeuble ou des panneaux photovoltaïques. On y met aussi une éolienne à axe verticale, adapté au milieu urbain des vents tourbillonnants de la région marseillaise. On peut aussi y installer un réservoir d'eau pluviale.

Si il reste de l'argent, on peut aussi revoir l'isolation des deux premiers étages.

L'opération combine plusieurs avantages :

-elle densifie le milieu urbain et limite l'étalement

-elle s'auto-finance

-elle améliore le confort des différents logements

-le bilan écologique de l'opération est satisfaisant : on limite les émissions de carbone, 

-ce type d'opération participe à la croissance verte, dont on sait qu'elle dépend en partie de l'économie immobilière.

Pour lancer ce type d'opérations, il faudra prévoir des aménagements réglementaires mais aussi un cadre fiscal original : c'est les contributions incitatives logements.

Pour en savoir plus:

habitat urbanisme


 

 



Communauté : Ecologie et Environnement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Vidéos

 
Un résumé de la pensée de l'auteur sur la crise écologique 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés